6 November: International Day for Preventing the Exploitation of the Environment in War and Armed Conflict

On 5th November 2001 the UN General Assembly passed a resolution declaring the from that year onward 6thNovember would be designated as The International Day for Preventing the Exploitation of the Environment in War and Armed Conflict.

Traditionally in times of warfare and conflict, success had been gauged by the number of dead and injured, together with the level of destruction to cities and livelihoods. The UN felt that the time had come to consider environmental issues that had previously gone unpublicised, but were still significant victims of war.

These include water supplies that had been polluted, crops that had been burnt or otherwise destroyed, forests that had been cut down, soils poisoned and animals killed, all in the name of gaining military advantage.

A significant fact that was discovered by the UN Environment Programme (UNEP) was that since the end of World War II, 40% of all internal conflicts have been linked to the exploitation of natural resources. These range from high value resources such as timber, gold, diamonds and oil, to scarce resources such as fertile land and water.

Conflicts involving natural resources have also been found to be twice as likely to recur in the future.

This is of particular concern to the UN and great importance is attached to ensuring that action on the environment is an important part of conflict prevention, and building strategies to ensure an enduring peace. There is little hope of any durable peace in a region if there has been destruction of the natural resources that sustain its ecosystems and the livelihoods of its people.

Politicians will usually be very quick to justify going to war, but the fact remains that whatever its justification, war will always result in untold misery and unspeakable horror for combatants and civilians alike. War can destroy in minutes what has often taken generations to achieve and beyond the human suffering war can also be devastating to the environment.

A classic example was the Vietnam War. The Vietcong soldiers were skilled at moving around undetected by using paths in the dense jungle. As a result they were able to conduct a guerrilla war against the US forces and remain totally undetected.

The US military forces countered this by using a mixture of two herbicides known as Agent Orange, which was sprayed on the forest from a height of 150 feet above the treetops. This had the effect of killing all the vegetation that had provided cover for the enemy, as well as all their food crops. It was also highly dangerous to anyone who came in contact with it and in 1971 its use was stopped, but by then it had been in use for ten years and irreparable damage had been done.

It is estimated that the Vietnam War was eventually responsible for the destruction of 4.9 million hectares of forest, or about 19,000 square miles, an area nearly two-thirds the size of Scotland.

It has also been estimated that during the 19 years and 5 months of the war around 16 million tons of munitions were used, creating more than 30 million craters. These craters blew away the topsoil and disturbed the drainage patterns as they filled with water. This water became stagnant and full of disease-bearing organisms.

Irreparable damage was done to wildlife, not only by destruction of habitat but also as a result of weaponry. Weapons aimed at the enemy not only killed people, but large numbers of animals also.

Putting aside humanitarian considerations, the war was an ecological disaster for the entire region. Many species of animals and vegetation have been greatly reduced and in some cases have become extinct.

Following the ending of the war the Vietnamese government has been making enormous efforts to replace the lost forest and to restore the shattered country. These efforts have met with great success, but what a tragedy that they have been necessary in the first place.

The International Day for Preventing the Exploitation of the Environment in War and Armed Conflict was established to highlight the environmental consequences of war and to stress the importance of neither exploiting nor heedlessly damaging ecosystems, simply in the name of pursuing military objectives.

The environment has been described the “silent casualty” of warfare.

Since time began, men have been developing evermore sophisticated and efficient ways of killing each other. Although international treaties have banned some of the more dreadful methods, never has much consideration been given to maltreatment of the environment during wartime, or to the consequences of its systematic extermination.

Today’s generation have responsibility for this safeguarding; if this is neglected, the next generation may find that much of the environment as we now know it will have gone for ever.

Key facts:

  • The United Nations Environment Programme (UNEP) has found that over the last 60 years, at least 40% of all internal conflicts have been linked to the exploitation of natural resources, whether high-value resources such as timber, diamonds, gold and oil, or scarce resources such as fertile land and water;
  • Conflicts involving natural resources have also been found to be twice as likely to relapse.
  • EU-UN Partnership on Land and Natural Resource Conflicts: Six United Nations agencies and departments (UNEP, UNDP, UNHABITAT, PBSO, DPA and DESA), coordinated by the UN Framework Team for Preventive Action, have partnered with the European Union (EU) to help countries identify, prevent and transform tensions over natural resource as part of conflict prevention and peacebuilding programmes;
  • Global Research Programme on Post-Conflict Peacebuilding and Natural Resources: The Environmental Law Institute (ELI), United Nations Environment Programme (UNEP), and the Universities of Tokyo and McGill initiated a global research programme to collect lessons learned and good practices on managing natural resources during post-conflict peacebuilding. This four-year research project has yielded more than 150 peer-reviewed case studies by over 230 scholars, practitioners and decision-makers from 55 countries. This represents the most significant collection to date of experiences, analyses and lessons in managing natural resources to support post-conflict peacebuilding.
  • UN Partnership on Women and Natural Resources in Peacebuilding Settings: The United Nations Environment Programme (UNEP), the United Nations Entity for Gender Equity and the Empowerment of Women (UN Women), the United Nations Development Programme (UNDP) and the United Nations Peacebuilding Support Office (PBSO) have established a partnership to collaborate on improving the understanding of the complex relationship between women and natural resources in conflict-affected settings, and make the case for pursuing gender equality, women’s empowerment and sustainable natural resource management together in support of peacebuilding. The first outcome of the collaboration is a joint policy report released on 6 November 2013.
                                                                                                                                                         
                             (Source: Earth Times)

4 October: World Animal Day

On October 4, the world comes together to celebrate and protect animals. World Animal Day is a worldwide day of awareness and action that transcends the boundaries of nationality, religion and ideology. It celebrates protecting all animals, from companion animals and wildlife to those in captivity in places like labs, zoos and factory farms. World Animal Day unites the global animal welfare movement to raise the status of animals, and improve animal welfare standards around the world. YUVA is supporting World Animal Day because we share a mission: to ensure compassion and respect for all animals by all societies, and to fight exploitation and inhumane practices. Learn more about our duties towards animal welfare here.

Every year, people in countries around the world sign up to host events that have a positive impact on the lives of animals. From hosting veterinary clinics to leading animal protection protests and fundraisers, people have mobilized into a global force for animals each October. Whether you run a shelter, wildlife rescue, work in animal advocacy, or are a volunteer or concerned citizen, World Animal Day is the perfect time to draw attention to the animal welfare cause. Animal lovers around the globe have embraced World Animal Day, but Mauritius has been slower to embrace it. We want to change that this year, and encourage even more people to host an event and make a difference for all animals like we did in the first session of the Mauritius Youth Parliament (MYP) held on 25 September 2015 which was based on Animal Welfare.

World Animal Day’s mission is to protect all animals in their unique situations, and to make animal issues front page news around the globe. It also spreads recognition that we as humans do not live in a vacuum. Every day, we affect the lives of animals, and their issues are ours. Whether it’s providing the best care for our pets, championing the rights of lab animals, or fighting to protect the environment for wildlife, we have a responsibility to the animals who live with and around us. When animals are recognized as important, sentient beings, the world will pay full regard to their welfare and establish effective animal protection. With awareness and education reaching every corner of the globe through World Animal Day events, we can create a world that is safer and better for the animals who share our planet.

World Animal Day is not just a day of service to protect animals; it is a reminder of the bond we share with animals. So many people spend their lives with a dog or cat and devote their time and love to their care. All animals deserve that same dedication, and raising awareness will help set humane standards for their welfare. Helping animals not only combats cruelty and keeps our planet thriving with diverse life, it connects us together as human beings. No matter where we are, we all have animals who have touched our lives. The purpose of this day is for people to “use this special day to commemorate their love and respect for animals by doing something special to highlight their importance in the world. Increased awareness will lead the way to improved standards of animal welfare throughout the world.” So go out and do something fun and positive! Empower. Educate. Collaborate. Be a part of something special this October 4th to celebrate all of the animals of the world!

Questions: Mauritius Youth Parliament, Session 1

Le 25 septembre, YUVA organise un atelier pour trouver des solutions pour améliorer la qualité de vie de nos animaux.

C’est fini l’époque où les animaux n’étaient appréciés en fonction de leur utilité. Désormais, ils éveillent en nous de vraies émotions et nous sommes nombreux à les considérer comme faisant partie de la famille. Qu’est-ce qui suscite en nous cet amour pour ces petits êtres sans défense? C’est peut-être le fait que nos animaux domestiques nous donnent un amour inconditionnel et peut importe qui est son maitre, son animal l’idolâtra. Si l’humain peut devenir l’ange gardien d’un animal il est également son ennemi. Regardez donc autour de vous, si un enfant dit adorer les chiens, certains adorent taquiner les chats en tirant leurs oreilles ou en écrasant leurs queues. Combien de fois avons-nous arraché les ailes des mouches sans états d’âme? Selon Freud, « l’enfant est un pervers polymorphe qui fait feu de tout bois pour satisfaire ses pulsions ». Cependant, en grandissant, ils changent et traitent bien les animaux car ils trouvent en eux des amis. Malheureusement, si Maurice est connu comme l’ile paradisiaque, il ne l’est pas pour la race canine.

Question 1

Doberman, American Staffordshire et autres molosses sont considérés comme étant dangereux. Cependant, malgré l’interdiction d’importer ces chiens de races, on voit que les Mauriciens sont nombreux à vendre ces chiens sur les réseaux sociaux. Nous savons qu’entre 2012 à 2014 nous avons eu plus de 5 cas d’attaques contre l’homme. Le ‘Dangerous Dogs Bill’ avait prévu d’interdire l’importation d’une vingtaine de races, parmi le Rottweiller. Ce projet de loi parviendra-t-il à mettre fin aux attaques de molosses?

Qu’est-ce que les autorités concernées font pour renforcer les lois contre l’importation de ces molosses ?

Question 2

Nous constations que les Mauriciens sont nombreux à vendre toutes sortes de chiens sur Facebook. Parmi nous repérons les griffons, les Rottweilers, les Bergers Allemands et les Doberman. Or la majorité de ces personnes n’ont pas de permis et ne nourrissent ces animaux dans de mauvaises conditions. Le frais d’enregistrement pour 1-5 chiens est à Rs 10 000, 6-10 chiens à Rs 25 000 et plus de 10 à Rs 100 000. Les éleveurs sont nombreux à ne pas avoir un permis et en conséquent les autorités n’arrivent pas à faire un suivi sur les conditions de vie des chiens.

Ne croyez-vous pas que si les autorités concernées baissaient le cout de ce frais d’enregistrement, plus de personnes auraient respecté la loi en ayant leur permis d’éleveurs comme la loi le recommande?

Question 3 et 4

La MSAW enfreignent toutes les lois sur le respect des animaux, sans exception. Des chiens errants, capturés aux quatre coins de l’île, sont poussés hors de fourgonnettes à coups de jets d’eau glacée dès leur arrivée à la fourrière. Ils sont ensuite entassés en meutes dans des niches insalubres, où ils attendront durant trois jours la mort. Pire encore, la mise à mort des chiens est réalisée avec une extrême brutalité. Le gouvernement avait aboli l’euthanasie, et promu une nouvelle politique pour l’éradication des chiens errants en ligne avec les pratiques internationales. Malheureusement, après les dernières élections, le ministre du Tourisme et le ministre de l’Environnement ont décidé de rétablir l’euthanasie, et ont lancé une vaste campagne d’éradication.

Est-ce que l’euthanasie est une solution pour éradiquer le problème des chiens errants? Que fait le gouvernement pour cesser ces pratiques barbares envers les animaux ?

Question 5

La majorité de nos chiens errants ont un maitre qui les a abandonnés. Les statistiques disent qu’il y a une population de 57 000 chiens errants et que parmi 20 % ont des maitres qui les laissent se promener librement dans les rues. Certains maitres les abandonnent carrément sur le parking d’un super marché ou dans un endroit retiré.

Pour mettre fin à ce problème, le gouvernement ne devrait-il pas mettre une loi pour obliger les propriétaires des chiens à déclarer leurs animaux de compagnie?

Question 6 et 7

En 2014, le Ministère de l’Agro Industry avait fait un projet pilote « Mauritius Humane Dog Population Management ». Dans ce projet, les autorités concernées voulaient collaborer avec les différentes ONG pour faire une grande campagne de stérilisation à travers l’ile. Ce projet incluait de recruter plusieurs vétérinaires afin de les former pour aller dans plusieurs districts pour stériliser les animaux.

Combien de nouveaux vétérinaires a-t-on recruté dans le secteur public?

Ce projet parlait également de trouver un car automobile équipéé de tous les matériels adéquats pour bouger dans la localité des propriétaires étant donné que certaines personnes ne peuvent pas se déplacer dans les différents centres pour stériliser leurs chiens?

Est-ce que projet a été mis en place? Combien de chiens a-t-on stérilisé jusqu’à présent?

Question 8

Nous savons que PAWS recueille les animaux pour lui trouver un foyer. Est-ce que la MSAW en fait de même ou tue-t-elle tous les chiens capturés?

Nous savons que sur les réseaux sociaux, une bonne poignée de personnes sont en train de chercher des familles pour les chiens errants spécialement les chiots.

Est-ce que les autorités ne devraient-ils pas encourager ces personnes en les fournissant l’aide nécessaire incluant de la nourriture ou des vaccins gratuits en attendant que ces personnes trouvent un foyer pour les animaux?

Question 9

Malgré la campagne intensive Save Our Monkeys lancée par la British Union Against Vivisection (BUAV) à Maurice, la vente de singes aux laboratoires étrangers pour les besoins de la recherche médicale ne ralentit pas. En 2014, de janvier à juin 4 918 macaques ont été exportés. Entre janvier et juin 2010, 3 088 primates ont été exportés pour une somme totale de Rs 367,5 millions, soit une moyenne d’environ Rs 120 000 par animal. L’exportation de singes pour des recherches médicales se font notamment en France, Italie, Allemagne, Canada, Mexique, Singapour, Espagne, le Royaume-Uni et Etats-Unis. Ils sont attrapés par la queue ou les pattes et balancés dans une cage ; d’autres sont tatoués sans anesthésie ou se font enfoncer des aiguilles dans les paupières… Ce serait là le traitement infligé à des macaques dans une ferme mauricienne.

Que compte faire les autorités pour donner un meilleur traitement aux singes? 

Question 10

Il faudrait savoir que Maurice n’a pas seulement un problème de chiens errants mais également de chats errants qui finissent souvent sous les roues des voitures. Un couple de chats non stérilisés peut engendrer une descendance de plus de 20 000 chats en quatre ans? À PAWS les chats sont nombreux à attendre qu’une famille les adopte. Ce qui est difficile car arrivé à l’âge adulte, les chats ont des difficultés à s’habituer à un étranger.

Nous parlons de stérilisation des chiens, qu’est-ce que les ONG et le gouvernement fait en ce qui concerne les problèmes de chats errants?

Ne plus acheter des produits de beauté testés sur les animaux: YUVA

Si la loi interdit les tests de produits de beauté sur les animaux, les entreprises sont nombreux à continuer cet acte de barbarie envers les lapins et les rongeurs. En marge de son atelier sur la protection des animaux qui aura lieu le 25 septembre, YUVA décourage les Mauriciens à acheter ces produits et vous donne des conseils comment bien regarder les cosmétiques que vous achetez.

Mascaras, rouges à lèvres et crèmes en tous genres… Avant de les utiliser, tous nos cosmétiques sont testés par leur fabricant pour évaluer leur efficacité et pour tester leurs effets toxicologiques.  Alors que ceux qui respectent la loi utilisent des tissus humains reconstruits pour leurs tests, certaines compagnies continuent toujours à utiliser les animaux comme cobayes.

Ces animaux qui subissent ces tests connaissent un vrai cauchemar car plusieurs animaux meurent pendant ces experimentations et parfois même après une longue agonie. Les survivants sont de toute façon tués ensuite pour autopsies.

Pour tester les mascaras, on utilise souvent des lapins pour mesurer l’irritabilité oculaire d’un produit. On l’administre donc sur l’oeil d’un lapin et on étudie l’évolution de la détérioration de la zone.

Comment ne pas acheter de produits testés sur les animaux?

Pour être sûr de ne pas acheter de cosmétiques qui auront été testés sur les animaux, des labels existent.  Mais parmi les labels bio, européens ou d’associations, il est parfois difficile de s’y retrouver.

Les labels bio

Les cosmétiques labellisés bio ne sont normalement pas testés sur les animaux. Normalement. Le label Cosmebio, le plus répandu en France, précise que «les produits finis labélisés COSMEBIO tout comme les matières premières à l’origine des produits ne sont pas testés sur les animaux sauf lorsque la loi l’exige». C’est bien là que le bât blesse: les marques qui commercialisent leurs produits sur le marché chinois, par exemple, sont obligées par la loi locale de tester leurs produits sur les animaux.

Le «leaping bunny»

C’est pour cette raison que des marques comme Yves Rocher, L’Occitane ou Mary Kay se sont fait retirer le label Human Cosmetics Standard, le petit lapin bleu qui saute au milieu du drapeau européen. Ce label, qui existe depuis 1998, concerne tous les produits cosmétiques commercialisé en Europe et recoupe le label attribué par l’association One Voice: 100% des ingrédients entrant dans la composition du produit ne doivent pas avoir été testés sur des animaux. Sur le site de One Voice, un moteur de recherche permet de savoir si votre fard à paupières ou votre crème pour les pieds a été testée sur des animaux ou pas.

Ce que la loi interdit

Au-delà des labels, qui sont souvent le produit d’une démarche  volontaire de la part des marques et dont les conditions d’attribution restent soumises à des contrôles plus ou moins rigoureux, la loi européenne interdit depuis 2003 de commercialiser des cosmétiques testés sur des animaux au sein de l’Union européenne. D’ici 2013, ce sont tous les tests animaux, où qu’ils aient été effectués dans le monde, qui rendront illégale la commercialisation des produits. Plus que quelques mois à attendre avant de pouvoir acheter tranquillement ses cosmétiques, sauf si les industriels arrivent à repousser la date butoir.

La vivisection : un mal contre les singes mais un bien pour les humains ?

Le 25 septembre 2015 aura lieu notre première session de Mauritius Youth Parliament sur la protection des animaux à Maurice. Parmi les problèmes que font face nos animaux sont la vivisection de nos singes exportés dans des pays étrangers.

Malgré la campagne intensive Save Our Monkeys lancée par la British Union Against Vivisection (BUAV) à Maurice, la vente de singes aux laboratoires étrangers pour les besoins de la recherche médicale ne ralentit pas. En 2014,  de janvier à juin 4 918 macaques ont été exportés. L’exportation de singes pour des recherches médicales se fait notamment en France, Italie, Allemagne, Canada, Mexique, Singapour, Espagne, le Royaume-Uni et Etats-Unis.

Le voyage vers les laboratoires est épouvantable pour ces animaux déjà traumatisés, mais ce n’est rien par rapport à ce qui les attend : expérimentations de toutes sortes, puis mise à mort. Ils sont attrapés par la queue ou les pattes et balancés dans une cage et d’autres sont tatoués sans anesthésie ou se font enfoncer des aiguilles dans les paupières…Ils font souvent l’objet de tests de toxicité (médicaments, produits chimiques) ou d’expérimentations neurologiques impliquant le plus souvent des perçages de la boîte crânienne. Les animaux sont soumis à une souffrance extrême dans des expériences cruelles et sans intérêt. Ils peuvent subir, entre autres, des actes chirurgicaux invasifs sans anesthésie, des inhalations forcées de gaz nocif, des gavages de produits chimiques et l’injection de poisons. Pour les vivisecteurs, les animaux ne sont ni plus, ni moins, que du « matériel de laboratoire » mis à leur disposition.

Si nous avons plusieurs personnes qui sont contre cet acte de barbarie, nous avons de l’autre côté les partisans qui disent que cette pratique est un mal pour un bien. Certains scientifiques affirment que c’est une pratique incontournable pour trouver des solutions vers l’avancement  médical. Selon une interview réalisée par le journal le Mauricien, le Dr Paul Honess, consultant en Primate Behaviour and Welfare au groupe Bioculture a déclaré : « Malheureusement, à ce jour, l’utilisation des animaux pour la recherche médicale est le meilleur moyen de trouver des solutions contre les maladies. La vivisection est importante pour sauver des vies humaines. Je peux vous assurer que tout est fait pour que les singes souffrent le moins possible en laboratoire. Le singe est l’animal qui coûte le plus aux laboratoires pour les recherches. Toutefois, il est le plus sûr. Sa physiologie est la plus rapprochée de l’être humain. Pour avoir les résultats les plus exacts, on a besoin de l’animal qui se rapproche le plus de notre système ».

animal-welfare

Dhana Lalljawheer
Secrétaire générale YUVA

Accomplissons notre devoir envers les animaux

Si notre intelligence est supérieure à l’animal il faudrait savoir que l’homme partage 99 % de son ADN avec le singe. Nous vivons avec les animaux et notre supériorité nous donne certaines responsabilités envers nos amis les bêtes qui n’ont pas le moyen de communiquer.

Souvent lorsque nous parlons de la protection des animaux, nous faisons référence à des animaux domestiques – qui ont des maîtres. Qu’en est –il des animaux sauvages ou des insectes ? Est-ce que les autorités travaillent assez pour protéger ces derniers ?

Les animaux sauvages sont souvent enfermés dans des zoos au titre de patrimoine de l’humanité. Mais sont-ils vraiment heureux loin de leurs habitats naturels et enfermés dans des endroits étroits ? Cependant, si on parle de la protection des animaux, il faudrait comprendre que certains animaux sauvages sont bien plus en sécurité dans des réserves ou des zoos que dans leurs jungles exposés aux prédateurs. C’est pour cela qu’il faut bien définir le mot protection pour comprendre si ce mot s’arrête sur le fait qu’il faut garder l’animal en vie ou de veiller à son épanouissement.

Pour améliorer la qualité de vie de nos animaux, nous devons commencer de cesser de rejeter la faute sur les autres “ce n’est pas moi, c’est eux qui l’ont fait (le font)” maintiendront les choses telles quelles.  C’est en regardant les faits tels qu’ils sont, en faisant face à la vérité de ce qui a été/est encore, en étant pleinement conscient et responsable, que l’on pourra changer le monde.

La disparition des espèces est un phénomène naturel. Toutefois, à cause des activités humaines, elles s’éteignent à un rythme cent à mille fois plus élevé. Si la tendance se maintient, certains scientifiques estiment que plus de 50 % des espèces connues auront disparu à la fin du XXIe siècle…

Nous ne faisons pas seulement que de mettre les espèces de certains animaux en danger. Nous les affligeons également des souffrances comme la vivisection. Ne croyez-vous pas que ces animaux qui testent des produits de beauté sont en train de vivre un vrai calvaire !  Pour mettre fin à tout ceci, il faudrait que nous commencions à faire attention à ce qu’on achète et ainsi de cesser d’acheter des produits non testés sur les animaux.

Prenons un autre exemple. Pour noël, nous sommes nombreux à consommer du foie gras. Mais avez-vous songé à ces oies qui souffrent le martyre que pour régaler les gens à Noël ! En effet, les oies sont gavées de façon cruelle pour faire gonfler leur foie. Il suffit que nous cessions d’acheter ces produits qui contribuent aux commerces inhumains.

La liste des souffrances du monde animal est longue et on pourrait en remplir des pages sans en venir à bout.

Dhana Lalljawheer
Secrétaire général de YUVA