La vivisection : un mal contre les singes mais un bien pour les humains ?

Le 25 septembre 2015 aura lieu notre première session de Mauritius Youth Parliament sur la protection des animaux à Maurice. Parmi les problèmes que font face nos animaux sont la vivisection de nos singes exportés dans des pays étrangers.

Malgré la campagne intensive Save Our Monkeys lancée par la British Union Against Vivisection (BUAV) à Maurice, la vente de singes aux laboratoires étrangers pour les besoins de la recherche médicale ne ralentit pas. En 2014,  de janvier à juin 4 918 macaques ont été exportés. L’exportation de singes pour des recherches médicales se fait notamment en France, Italie, Allemagne, Canada, Mexique, Singapour, Espagne, le Royaume-Uni et Etats-Unis.

Le voyage vers les laboratoires est épouvantable pour ces animaux déjà traumatisés, mais ce n’est rien par rapport à ce qui les attend : expérimentations de toutes sortes, puis mise à mort. Ils sont attrapés par la queue ou les pattes et balancés dans une cage et d’autres sont tatoués sans anesthésie ou se font enfoncer des aiguilles dans les paupières…Ils font souvent l’objet de tests de toxicité (médicaments, produits chimiques) ou d’expérimentations neurologiques impliquant le plus souvent des perçages de la boîte crânienne. Les animaux sont soumis à une souffrance extrême dans des expériences cruelles et sans intérêt. Ils peuvent subir, entre autres, des actes chirurgicaux invasifs sans anesthésie, des inhalations forcées de gaz nocif, des gavages de produits chimiques et l’injection de poisons. Pour les vivisecteurs, les animaux ne sont ni plus, ni moins, que du « matériel de laboratoire » mis à leur disposition.

Si nous avons plusieurs personnes qui sont contre cet acte de barbarie, nous avons de l’autre côté les partisans qui disent que cette pratique est un mal pour un bien. Certains scientifiques affirment que c’est une pratique incontournable pour trouver des solutions vers l’avancement  médical. Selon une interview réalisée par le journal le Mauricien, le Dr Paul Honess, consultant en Primate Behaviour and Welfare au groupe Bioculture a déclaré : « Malheureusement, à ce jour, l’utilisation des animaux pour la recherche médicale est le meilleur moyen de trouver des solutions contre les maladies. La vivisection est importante pour sauver des vies humaines. Je peux vous assurer que tout est fait pour que les singes souffrent le moins possible en laboratoire. Le singe est l’animal qui coûte le plus aux laboratoires pour les recherches. Toutefois, il est le plus sûr. Sa physiologie est la plus rapprochée de l’être humain. Pour avoir les résultats les plus exacts, on a besoin de l’animal qui se rapproche le plus de notre système ».

animal-welfare

Dhana Lalljawheer
Secrétaire générale YUVA

Advertisements

Published by

YUVA

Registered in February 2015, YUVA started as a group of enthusiastic individuals, and today it has mobilised thousands of young people with a simple aim of creating a better future for children and youth of Mauritius. At the heart of YUVA’s duty lies the conviction that the collective destinies of the human race are bound together.

Share your thoughts

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s